La photosynthèse : un processus utilisé par la plante pour assurer sa croissance

Photo d'une fleur de tomate pour la photosynthèse

La matière orga­nique est pui­sée dans le sol par les racines de la plante ; elle trans­por­tée vers les feuilles par la sève. La pho­to­syn­thèse est la réac­tion de la matière orga­nique et du dioxyde de car­bone cap­té dans l’air par les feuilles. Pour réa­li­ser cette trans­for­ma­tion, l’éner­gie néces­saire est four­nie par la lumière du soleil.

Le taux de pho­to­syn­thèse est très influen­cé par l’in­ten­si­té et la qua­li­té de la lumière. La sève redis­tri­bue ensuite les nutri­ments néces­saires à la consti­tu­tion des tis­sus de la plante (racines, tiges, feuilles). Plus le taux de pho­to­syn­thèse est éle­vé, plus la plante croît rapi­de­ment.

Avec la lumière, la tem­pé­ra­ture est un fac­teur très influant pour l’équilibre de la plante. Plus cette tem­pé­ra­ture est éle­vée, plus la crois­sance est acti­vée. La durée du jour et les tem­pé­ra­tures influencent direc­te­ment la flo­rai­son. Quand la plante se charge de fruits, les tem­pé­ra­tures éle­vées activent leur déve­lop­pe­ment qui sera d’autant plus har­mo­nieux que les écarts de tem­pé­ra­tures jour/nuit seront réduits.

Pour s’épanouir dans de bonnes condi­tions, un plant de tomate reçoit donc la lumière du soleil. La quan­ti­té, la qua­li­té et la durée de l’ensoleillement dépendent beau­coup de l’emplacement géo­gra­phique, de la sai­son et des condi­tions météo.

Au Maroc, pen­dant la période qui s’étale d’octobre à avril toutes ces condi­tions sont réunies. C’est là qu’idyl récolte ses tomates sous abri, éclai­ré et chauf­fé natu­rel­le­ment par le soleil.